L’état du mal-logement en France.
Rapport 2007 de la Fondation Abbé Pierre.
samedi 31 mars 2007
par Jérôme P.

Le Rapport 2007 sur l’état du mal-logement est paru.

" Alors que l’actualité récente a enfin permis de placer le logement au cœur du débat public, ce 12è Rapport de la Fondation dresse le tableau d’une situation qui ne cesse de se dégrader et décrypte les paradoxes et les contradictions qui sous-tendent les politiques du logement.

Des chiffres de production record cohabitent avec une augmentation des personnes en difficulté de logement, faute d’une offre accessible. On constate en effet qu’aujourd’hui seuls 25% des logements construits sont destinés aux ménages modestes et pauvres, qui représentent pourtant les 2/3 de la population.

Les situations extrêmes se multiplient, révélant l’existence de toute une frange de personnes et de familles tapies dans des habitats-refuges où la précarité les a reléguées.

L’analyse des politiques conduites au cours des cinq dernières années met en évidence une absence de prise en compte des plus faibles et des petits, et le fossé se creuse entre les classes supérieures et les couches populaires.

Il devient urgent de réorienter l’effort de la collectivité publique vers ceux qui en ont le plus besoin. A cette fin, la Fondation énonce dans le dernier chapitre de ce Rapport des propositions qui insistent sur la nécessité de changer de cap en matière de politique du logement pour que les besoins sociaux les plus criants trouvent enfin des réponses adaptées. "

Extrait du rapport (p.52 et suivantes) :

Une fragilisation de la société... que les politiques ignorent.

" La Fondation Abbé Pierre, qui témoigne depuis de nombreuses années des difficultés de logement des personnes défavorisées, est préoccupée de leur diffusion au sein de la société. Les personnes défavorisées ne sont en effet plus les seules à rencontrer des obstacles pour accéder à un logement ou à faire face à des dépenses d’habitat qui progressent plus rapidement que leurs revenus. Ces difficultés touchent désormais les classes moyennes modestes et intermédiaires, et de ce fait les personnes défavorisées voient encore davantage s’éloigner d’elles la réponse logement qu’elles attendent. Cet élargissement des difficultés de logement à des personnes qui en étaient jusque là protégées tient à l’absence de prise en compte des transformations de la société par les responsables de la politique du logement.

Trois phénomènes majeurs sont ainsi ignorés, alors qu’ils forgent pourtant les caractéristiques de la demande :

– la réalité de la distribution des revenus en France,

– le maintien du poids des ouvriers et employés dans la structure de l’emploi, qui s’accompagne d’une profonde mutation des couches populaires,

– le mouvement aujourd’hui bien identifié de déclassement des couches moyennes.

Le niveau de revenu des ménages et son évolution sont insuffisamment pris en compte

Les salaires des ménages et leur hiérarchie sont assez mal connus en France. Qui sait et prend en compte le fait que seul un dixième des salariés à temps plein touche plus de 3 000 euros nets par mois et qu’un tel salaire n’est donc pas un salaire de « classe moyenne » ? Qui sait que près de 50% des salariés du secteur privé touchent moins de 1 400 euros nets par mois(et 30% moins de 1 200 euros) ? Qui sait que la France compte 4 millions de salariés payés au SMIC et qu’ils n’ont jamais été aussi nombreux ?

Si différentes statistiques sur les revenus des ménages sont disponibles, il est difficile d’en apprécier la véritable teneur, en termes de pouvoir d’achat, de niveau de vie, voire de mode de vie. Les médias comme les discours politiques véhiculent l’idée d’une France peuplée d’une large classe moyenne qui se distinguerait des plus modestes et des plus riches. Or, si les « pauvres » d’aujourd’hui ne sont plus les indigents du XIXème siècle, la situation de la classe moyenne n’est plus celle des Trente glorieuses, la différence se situant autant en termes de niveau de revenu que de devenir. [...] "

Le rapport complet, en pdf, sur le site de la Fondation Abbé Pierre.

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message