jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteShadoks et champignonsChampignonnades
Des champignons au chômage

Ces mêmes députés qui estiment que les 610,28 euros du minimum vieillesse permettent de vivre correctement, prennent tout particulièrement soin d’une catégorie très particulière de chômeurs potentiels et de pauvres virtuels : eux-mêmes, après les élections.

Le Canard enchaîné du 7 février 2007 nous apprend en effet que Jean-Louis Debré, le président de l’Assemblée nationale "a décidé de soigner les députés battus devenus chômeurs en juin prochain. Ceux de 2002 - une trentaine - avaient continué de bénéficier durant un semestre de leur indemnité de députés (5800 euros). Juste le temps de retrouver du boulot.

Grand seigneur avec l’argent de l’Assemblée, le député de l’Eure a décidé de faire passer le nombre de semestres de un à dix ! Soit cinq ans."

Cinq ans. La durée d’une législature. Bref, un traitement qui, même dégressif, permet d’attendre sereinement les prochaines élections.

Où, revenus dans l’hémicycle, il leur faudra déterminer s’ils augmentent ou s’ils diminuent le minimum vieillesse (oh, pardon, l’ASPA) ou le RMI de 10 ou de 20 euros... ; où, revenus dans les médias, il leur faudra de nouveau expliquer que la France est freinée par tous les improductifs, ces chômeurs tous fainéants, ces vieux tous dépendants, ces étrangers tous polygames, ces travailleurs arrêtés tous faux-malades, etc.

[mai 2007 : on me signale que cette information serait fausse. Voir la discussion sur http://www.hoaxbuster.com/hoaxteam/forum_contributions.php ?idForum=3152&idMess=56227 ]