jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéPolitique(s)
Services à domicile : aider les riches coûte moins cher
Crédit d’impôt pour aider les personnes non imposables à recourir à des services à domicile : trop cher !

Premier épisode.
Début décembre 2006, le premier ministre (rappel : Dominique de Villepin) avait annoncé – tambours et trompettes – un crédit d’impôt pour les personnes recourant à des services à domicile.
Crédit d’impôt : car la réduction d’impôt pour ces services ne profite par définition qu’aux personnes… imposables – et donc, par exemple, davantage à un millionnaire employant un jardinier qu’à une vieille dame touchant le minimum vieillesse employant une aide à domicile.
Il s’agissait donc, dans l’annonce et la théorie, d’aider également les personnes non imposables.
Il s’agissait également de ne pas restreindre ce dispositif à certains services – et d’inclure donc parmi ces services les emplois liés aux aides pour les « personnes-z-âgées » et pour les « personnes-z-handicapées ».

Deuxième épisode .
Fin décembre 2006.
Crédit d’impôt : jugé revenir trop cher (« 110 millions d’euros par an »). Abandonné. Sauf, si nous avons bien compris parmi les informations contradictoires données par différents journaux pour le recours à la garde d’enfant, au soutien scolaire et aux cours à domicile. Exit les vieux et les handicapés.

Troisième épisode .
Début janvier 2007.
Dans la lettre d’information d’agevillage de ce 2 janvier, on apprend que vient de sortir « un projet de loi en janvier pour élargir le crédit d’impôt aux ménages non imposables » et pour « élargir » les activités concernées.
Le texte précise : « On ne voit pas du tout pourquoi il y aurait une différence de traitement entre les gens, qu’ils soient imposables ou non imposables », a-t-on précisé au ministère.
C’est vrai ça : on ne voit pas du tout pourquoi il y aurait une différence de traitement entre les riches et les pauvres, ou entre les vieux, les handicapés et les autres…

Maintenant que le ministère a compris ça, tout va s’éclairer.