jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteShadoks et champignonsChampignonnades
Minimum vieillesse < pauvreté
Avec ou sans allocation, de très nombreux vieux pauvres. Et sans CMU quand ils perçoivent le "minimum vieillesse" !

D’avoir récemment renommé le « minimum vieillesse » ne change en effet pas la réalité : le minimum garanti aux vieux pauvres pour ne pas mourir de misère est actuellement de 610,28 euros (4 009 francs) par mois.

Ce minimum de 610,28 euros est inférieur de 34,72 euros au seuil de pauvreté.
Qu’en penser ? Que les champignons n’ont pas voulu fixer un montant permettant de faire disparaître (statistiquement) les vieux pauvres ? Que les champignons ont estimé que la persistance de ces vieux pauvres était bien moins importante que les économies réalisées ?

Au vu d’une autre donnée, on penchera pour la seconde hypothèse. On constate en effet que le plafond au-delà duquel on ne peut prétendre à la Couverture Médicale Universelle (CMU), qui permet aux personnes pauvres d’avoir accès aux soins, est situé 12,05 euros en dessous du minimum vieillesse . Les vieux pauvres n’y ont donc pas droit : avec leurs 610,28 euros, ils peuvent bien se payer une mutuelle privée.

Au 31 décembre 2004, 621 648 personnes percevaient cette allocation.
Sachant qu’il existe, comme l’indique le Conseil supérieur de l’emploi, des revenus et des coûts, plusieurs « indices suggérant que de nombreuses personnes âgées pauvres n’ont pas le minimum vieillesse ».

Il y a donc plus de 700 000 personnes âgées vivant actuellement, en France, sous le seuil de pauvreté. Vingt pour cent environ des personnes vivant sous le seuil de pauvreté, en France, actuellement, sont des personnes âgées.

Et encore ces chiffres ne considèrent-ils comme pauvres que les personnes vivant avec moins de 645 euros (4 237 francs) par mois. Manière spécifiquement française de juger. Les comparaisons européennes imposent, elles, un montant de 774 euros (5 084 francs) en deçà duquel une personne est pauvre : combien de vieux pauvres, avec ce seuil-là, sachant déjà qu’au moins 45 % des femmes retraitées perçoivent une retraite inférieure à 800 euros…

AJOUT - MARS 2008 :

Dans un des derniers numéros de la revue de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques :
" Enfin, le minimum vieillesse est passé de 52% du revenu médian en 1984 à 42,5% en 2007, soit une perte de 18 % en niveau relatif. Augmenter le minimum vieillesse de 25% ne ferait que le ramener au niveau de 1984. [La] forte augmentation du nombre de personnes âgées pauvres n’est guère compatible avec l’objectif proclamé de Martin Hirsch de faire baisser d’un tiers le taux de pauvreté en France. "