jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéHandicap(s)
Personnes handicapées - 2007
Un point en ce début d’année.
Editorial de La Lettre n°25 du réseau "Handicap" (http://www.territorial.fr/1048-lettre-handicap.htm)

"I have a dream....." (25/12/2006)
"Liberté, Solidarité, Fraternité"

" La loi du 11 février 2005 a, il est vrai, généré beaucoup d’espoirs. Surtout celui d’une citoyenneté " ordinaire " en ayant la possibilité d’établir un " projet de vie ", comme les textes le prévoyaient pour tous. 2007 arrive et beaucoup sont encore laissés sur le côté de la route. Ce qui est affligeant, c’est que le handicap n’inspire pas particulièrement la classe politique en cette veille électorale.

Le Premier Ministre, à grand renfort de pub, a fait des annonces concernant le " crédit d’impôt " : il oublie de mentionner que le secteur d’aide à domicile pour les personnes handicapées ou pour les personnes de 60 ans et + n’est pas concerné . Il a aussi accordé un alignement des ressources des pensionnés (80 % et +) sur les titulaires de l’AAH, celle-ci étant revalorisée de 1,8 % au 1 er janvier soit une broutille . Il a moins été question de l’indexation sur l’inflation de leurs indemnités qu’ont proposé des sénateurs socialistes (et oui !), auquel s’est opposé le Conseil Constitutionnel . Les PHs sont-elles donc condamnées à ne vivre que de subsides.

L’année va commencer avec l’angoisse que le Gouvernement ne représente son projet de récupération de la PCH et de l’APA sur les successions : le Sénat n’a pas eu de réponse à une question à ce sujet (posée en mai).

Pendant ce temps, les Maisons Départementales tardent à se mettre en place, bien souvent par manque de moyens.

Les personnes handicapées sont devenues des otages pour l’Etat et les Conseils généraux leur permettant de régler leurs différents purement politiques. Le Gouvernement n’indexant pas en conséquence les dotations pour le financement des nouvelles attributions des Conseils généraux, ceux-ci ne peuvent jusstifier les augmentations des impôts locaux qu’en stigmatisant (involontairement souvent) les personnes handicapées et les personnes âgées.

L’immense majorité des personnes handicapées vit sous le seuil de pauvreté. Est-ce tolérable au pays des Droits de l’Homme ?

Il aura fallu attendre octobre 2006 pour que le décret rendant obligatoire l’accessibilité des bureaux de vote oit publié ! Un comble. Les PHs ont versé un lourd tribut à la République : des centaines de milliers d’entre eux déportés par des français durant l’Occupation nazie, n’ont toujours pas droit à une reconnaissance officielle.

Pire, ils font partie du " quart-monde " aujourd’hui. Sous-rémunérés, sous-représentés dans les instances officielles. On oublie que grâce au secteur des emplois de service, ils contribuent beaucoup à la lutte contre le chômage. Toutefois, il y a trois fois plus de chômeurs parmi les travailleurs handicapés et le chiffre ne fait qu’augmenter.

Oublie-t-on que ceux-ci représentent près de 12 millions de citoyens (tous handicaps), dont 6 millions d’électeurs ?"