jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéPolitique(s)
Quand Dassault efface Jaurès...

On vient d’apprendre que l’avenue Jean Jaurès, à Corbeil-Essonnes, va être débaptisée par le maire UMP, Jean-Pierre Bechter – ce bras-droit de Serge Dassault, porte-flingue de haut niveau, aussi souvent élu qu’en garde à vue (pour soupçons de fraudes électorales, abus de biens sociaux, corruption, blanchiment et achat de votes).

Débaptisée pour être rebaptisée... "avenue Serge Dassault" – plus besoin ici de présenter ce qu’on peut faire de mieux comme symbole de ses hommes oscillant entre politique, affaires, mafia, medias, que plusieurs générations de politiques aux poches avides et à l’esprit voyou ont laissé prospérer au sein de la République. Ceux que Jaurès précisément n’eut de cesse, de scandale en scandale, de Panama à Rochette, de Maurice Rouvier à Jean Casimir-Perier, de dénoncer.

On peut évidemment être choqué par cette action d’éclat du maire de Corbeil. On peut aussi, d’un autre point de vue, se réjouir que (le nom de) Jaurès quitte enfin une ville dont les derniers maires, et la majorité d’habitants les ayant élus en toute connaissance de casseroles sonnantes et trébuchantes (pour ne pas dire sanglantes), ne le méritent pas.

Et puis, sérieusement : qu’est-ce qui est vraiment choquant ? Qu’une majorité municipale qui n’a rien, ni un acte, ni une idée, qui la rapproche de Jaurès, efface le nom de celui-ci de la ville pour le remplacer par celui de son maître ? C’est davantage cohérent que choquant. Et en réalité bien plus cohérent et moins choquant que de continuer, tiens, par exemple, à s’appeler Jean-Jaurès quand on est une fondation dont la ligne idéologique oscille entre celle de Lagarde et celle de Strauss-Kahn.

Et si on demandait plutôt aux maires dits "socialistes" de se mettre en cohérence ? De renommer également les rues de leur ville du nom d’industriels auxquels leur politique ou leur pensée sont soumis : avenue Decaux, boulevard Bolloré, rue Weinberg... Au moins, ça rendraient les choses visibles.

Et si on incitait la Fondation Jean-Jaurès à faire son coming out et à se rebaptiser Fondation Emmanuel-Macron ?