jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéPolitique(s)
La leçon libérale de Mme Van Lerberghe
quand la tête dirigeante (sonnante et trébuchante) de Korian pense le 5e risque

Dans une récente tribune, Rose-Marie Van Lerberghe, présidente du directoire de Korian (premier exploitant privé français d’établissements type ehpad), expose son point de vue, très libéral, sur l’inutilité de créer un 5e risque. Système de financement solidaire qu’il faudrait remplacer par un recours aux assurances dépendance individuelles et à l’épargne des seules personnes âgées.

Exit bien entendu le principe de la sécurité sociale reposant sur la solidarité et la mutualisation. Pourquoi pas bientôt aussi des "assurances maternité" ou des recours à l’épargne des femmes enceintes pour que ce ne soit plus qu’elles qui participent à leur prise en charge ?

Mais passons. Geneviève Laroque en a déjà beaucoup dit sur ces aspects.

Allégorie (début XXIe siècle) :
l’Homme Libéral voulant sauver la sécurité sociale,
et luttant avec un courage désespéré,
contre la Vieillesse Riche et Goulue s’apprêtant
à retourner creuser le gouffre de la sécu et piétinant en son fond
les pauvres actionnaires du groupe Korian.

.

En revanche, il est nécessaire de préciser quelques points. la présidente du directoire de Korian appuie en effet son argumentation sur l’affirmation selon laquelle il existe "une épargne financière importante chez les plus âgés" , prouvée par le fait que "le patrimoine des plus de 80 ans dépasse 100.000 euros" .

Il est à craindre que Madame Van Lerberghe projette sur l’ensemble de ses concitoyens âgés ce qu’elle observe sur les comptes en banque des résidents des établissements Korian ou sur les siens.

Rappelons donc que parler du "patrimoine des plus de X ou Y ans" n’a strictement aucune valeur (autre qu’idéologique), notamment parce que les inégalités de patrimoine sont bien plus fortes que les inégalités de revenus.

Rappelons également avant de citer quelques chiffres que les inégalités de patrimoine "à âge donné restent comparables aux inégalités dans l’ensemble de la population : la plupart des indicateurs de dispersion et de concentration dans chaque tranche d’âge sont proches de ceux pour la population dans son ensemble". En langage non-insee : dans chaque catégorie d’âge de la population, chez les vieux comme chez les jeunes, on observe les mêmes disparités très importantes.

Qui révèlent, ces disparités, que, chez les vieux comme chez les jeunes :
- environ 50% du patrimoine global est détenu par seulement 10% des ménages ;
- que ce sont les 20% des ménages les plus riches qui détiennent à eux seuls plus de 60% du patrimoine total ;
- ou, pour le dire autrement, que 60% de l’ensemble des ménages ne détiennent qu’environ 14% du patrimoine total...

Bref, "les vieux riches" de Mme Van Lerberghe ne sont très nombreux que sur le papier, dans des données qui oublient de préciser comment ladite richesse est répartie (mais qu’apprend-on à l’ENA ?).

A moins que Mme Van Lerberghe soit en réalité une cryptosocialiste pure et dure, cachant superbement son jeu, et qui se dévoilera prochaînement, proposant de taxer lourdement ces 20% des ménages les plus riches pour financer le "5e risque" permettant d’aider la grande majorité des vieilles personnes n’ayant pas ou très peu de patrimoine à être aidées, soignées et accompagnées lors de situations de handicap ou de maladies.

Dernier rappel, emprunté au rapport d’août 2009 de l’IGAS sur l’"Etat des lieux relatif à la composition des coûts mis à la charge des résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD)" :

"Les revenus autres que les retraites ne sont cités ici que pour mémoire dans la mesure où, statistiquement, les revenus de l’épargne ou du patrimoine ne sont importants et ne pourraient donc contribuer significativement au paiement des frais du séjour en EHPAD que pour les personnes qui disposent déjà d’une retraite d’un niveau élevé, le plus souvent déjà suffisante pour faire face au coût du séjour."

Autrement dit, ceux qui possèdent du patrimoine n’ont en général pas besoin d’y recourir... et ceux qui n’ont pas suffisamment de revenus ne compensent qu’exceptionnellement cette pauvreté par du patrimoine.

— 

Pour les détails de chiffres, voir notamment le tableau de l’insee publié sur le site de l’Observatoire des inégalités : http://www.inegalites.fr/spip.php ?article38

Un petit article de 2003 où l’on comprend mieux la conception des retraites et des revenus de Mme Van Lerberghe : http://labaseob.free.fr/article.php3 ?id_article=43

 
Post Scriptum :
Rappelons enfin que, d’après les données de l’INSEE (2004), le patrimoine médian (i.e que 50% des personnes ont un patrimoine inférieur à ce chiffre, 50% supérieur) des personnes de plus de 70 ans est de 92102 euros.