jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéÂgisme
Ridicule : la Halde et l’image des seniors dans les manuels scolaires
Quand une étude sur les âneries des manuels contient bien plus d’âneries que les manuels étudiés.

Les médias ont beaucoup parlé, ces derniers jours, de l’étude que la HALDE a confié à l’Université Paul Verlaine de Metz : "Place des stéréotypes et des discriminations dans les manuels scolaires".

L’ont-ils vraiment lu ? On peut en douter.

Encore préférable de se dire qu’ils ne l"ont pas lue plutôt que de penser qu’ils l’ont fait sans être immédiatement contraint à l’arrêt de travail pour crise de larmes ou de rire.

Pour la lire intégralement : http://www.halde.fr/Etude-sur-les-stereotypes-dans-les,12608.html

On se contentera ici de s’attarder sur le chapitre intitulé "place de l’âge dans les manuels scolaires".

Qui, en réalité, est mal intitulé : le chapitre traite exclusivement de "l’image que les manuels scolaires tendent à véhiculer du groupe des seniors". Les conceptions, les images, de la jeunesse, des âges de la vie, du vieillissement, ne sont pas évoquées.

(Il faut dire que se pencher sur les représentations que les manuels scolaires donnent des jeunes ou de la jeunesse, sur les activités "de jeunes" montrées de manière privilégiées, sur la place comparée du militantisme et du sport, par exemple, etc., risquerait de placer nos chercheurs sur le terrain glissant des représentations idéologiquement dominantes. Or il n’y a plus d’idéologie, c’est bien connu dans les universités.)

Rigueur

Mais revenons à nos "seniors".

Car le premier ressort comique de l’étude vient de ce qu’elle n’interroge pas une seconde cette notion totalement fourre-tout de "senior"...

"Senior" ? Ce peut être un travailleur de 46 ans appelé ainsi par des DRH (note du traducteur : des chefs du personnel) à l’affut du moindre prétexte pour ne pas l’embaucher ou pour le licencier ;
"Senior" ? Ce peut être un retraité de 63 ans courtisé par les constructeurs automobiles ;
"Senior" ? Ce peut être une retraitée de 63 ans courtisée par le "marketing anti-âge" (cosmétique, etc.) ;
"Senior" ? Ce peut être une dame de 85 ans, plutôt en forme et active malgré quelques petites difficultés pour tout entendre quand trois personnes lui parlent en même temps ou pour faire toutes ses courses le même matin quand il n’y a pas de bancs sur les trottoirs...
"Senior" ? Ce peut être les résidents de cette "maison de retraite" appelée, sur la jolie plaquette de présentation, "résidence pour seniors"... résidence où la majorité des personnes ont plus de 85 ans et sont atteintes de syndromes démentiels.

Bref, "senior" peut aujourd’hui qualifier des personnes âgées de 45 à 110 ans... Des personnes appartenant à trois générations différentes...

Avec une telle rigueur sociologique, on se prépare des analyses précises... : et, en effet, sans surprise, l’étude va souvent allègrement mélanger les questions liées "aux discriminations dans l’accès et le maintien dans l’emploi subies par les salariés dits seniors" et celles témoignant de représentations centrées sur des seniors "reclus et souffrants de déficit cognitif (réflexion ralentie, perte de mémoire)" !

Les enfants n’aiment pas les vieux, c’est inné !

Passons sur la certitude des auteurs, validée par une seule référence bibliographique : " Les stéréotypes des enfants envers les seniors, notamment les stéréotypes négatifs, sont établis avant même leur entrée à l’école primaire (Isaac & Bearison, 1986). Ils les perçoivent comme étant en mauvaise santé, moins amusants, moins serviables, désagréables [...]".

Passons... en soulignant quand même que plusieurs travaux, en France, ces dernières années, ont au contraire montré que les stéréotypes âgistes étaient peu, voire pas, présents dans la petite enfance et culminaient chez les adultes...

Mais ce sont des travaux, et des travaux français, or la bibliographie de ce chapitre de l’étude comprend en tout et pour tout neuf références : sept articles anglophones, un "dossier internet", un livre français (ne portant pas directement sur le sujet). [1]

Illustrations

Mais venons-en donc au coeur comique de la chose : l’analyse des illustrations des manuels scolaires :

" Les illustrations montrant un senior en situation d’activité illustrent plusieurs contextes. Nous observons tout d’abord des anonymes dans un contexte d’activités ancestrales : un senior vendeur sur un marché, un senior cherchant des truffes dans une forêt. Dans l’ensemble des activités auxquelles peu d’élèves sont confrontés et auxquelles ils ne peuvent s’identifier. Le senior apparaît ici dans un contexte qui porte, comme lui, le poids des années."

.

Sur cette photo de Sarkozy et des chèvres,
on remarque en effet tout de suite que le vendeur de chèvres
a des cheveux blancs. C’est un senior.
Il porte le poids de ses fromages et des années.
Pas étonnant que notre jeunesse
s’identifie alors à notre Bien-Aimé Président.

Bon, je veux bien que l’université Paul Verlaine empêche ses chercheurs et leurs enfants d’aller faire leurs courses ailleurs qu’au supermarché ; je veux bien croire qu’à Metz, on n’y connaisse rien en truffes...
Mais, vraiment, je le demande, dans la France de 2008 (je parle de la France de 2008, celle où il y a des ouvriers, des paysans, des campagnes, hein, je parle pas de la France des centres villes branchés), ce sont des activités de vieux que les enfants ne connaissent pas ?

Mais poursuivons :

" Ensuite nous observons les activités syndicales, politiques : des seniors s’adressant à la foule, revendiquant une situation. Il s’agit d’ailleurs en général de personnes historiques célèbres, comme Jean Jaurès, où le senior détient la bonne parole, celle qui va révolutionner la situation. Ici, le senior, après avoir fait l’expérience de problèmes générés par diverses situations, propose des solutions (histoire 4ème Hatier par exemple). "

Ah, Jaurès, Jaurès, toi qui fondes le Parti socialiste à 43 ans, douze ans avant ta mort, te voilà "seniorisé" !

Mais au fait, si le senior Jaurès détient la bonne parole, le senior Pétain, il détient quoi ? Et le senior Franco ?

.

L’essentiel étant le poil blanc et la barbe,
quelques personnes (Khomeini, Jaurès, Castro)
qui ne nous parlent que des "seniors"...

.

Puis on a droit à :
" Le senior en activité peut être représenté dans l’humanitaire, en général il s’agit de personnalités connues, ou devant l’être, comme Kofi Annan visitant un hôpital au Niger (éducation civique 5ème Hatier). "

.

(Ah, non, mauvaise photo.
Humanitaire, oui, mais pas senior.)

.

Au-delà du ridicule, ce qui interroge, et inquiète c’est la tendance de ces chercheurs à voir du "senior" partout et à créer en partie les stéréotypes qu’ils dénoncent !

Car après tout, les photos de jeunes Résistants ne sont pas lues par eux comme des images de la jeunesse (mais de la Résistance), les photos de Coluche aux Restos du coeur ne sont pas lues par eux comme des images de porteurs de salopette (mais d’engagement associatif), etc.

En revanche, Jaurès, Annan, bref, dès qu’un poil blanc (et avec barbe, c’est encore mieux) pointe son nez, c’est un "senior", et en tant que représentation des seniors que l’image est alors quasi exclusivement analysée !

(Je ne résiste pas au plaisir de vous citer la suite du passage sur Kofi Annan : " Dans ces cas, les seniors, connus, permettent de dénoncer, réparer une inégalité. Les seniors présents peuvent être assimilés à une figure parentale, qui répare les bêtises de ses enfants, donnant implicitement l’autorisation qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent, les anciens seront là pour réparer. ")

Fulgurant, non ?
Ne me dites pas que vous n’y aviez jamais pensé :
Tant qu’il y aura dans l’humanitaire des gens de plus de 50 ans, les jeunes continueront de faire des bêtises - tous ces seniors leur en donnent implicitement l’autorisation !

Les "seniors éternels"...

Mais poursuivons notre lecture. Toute personne a poil blanc est donc analysée en tant que "senior", créant ainsi cette merveilleuse catégorie que nos chercheurs qualifient de "seniors éternels" :

" La seconde catégorie de seniors actifs montrés hors travail concerne les seniors "éternels", des personnes célèbres ayant marquées de leur empreinte un domaine particulier. On y retrouve ainsi des auteurs, des scientifiques, des politiciens et syndicalistes : il s’agit alors de personnes célèbres dans le contexte qui leur est associé, comme Agatha Christie dans un contexte littéraire, Alexander Graham Bell avec un téléphone. Ils sont représentés posant pour une photo, insistant et valorisant encore plus leur rôle important."

Bref, plus tellement question de littérature ou de technique, des "seniors éternels" !

.

Un "senior éternel" ?

.

Ronsard, anti-senior...

Mais le summum du "politiquement correct" n’est pas encore atteint.

Il pointe son nez pour la première fois ici :

" Dans certaines illustrations, les seniors sont porteurs d’un rôle négatif. Ainsi, un livre de 6ème voulant illustrer le conte « Hansel et Gretel » montre un senior dans le rôle de la sorcière. Dans un contexte aussi spécifique qu’un conte, sur lequel les auteurs n’ont pas de marges de liberté, ce type de stéréotype est inévitable. Il est toutefois indispensable de veiller à contrebalancer ces stéréotypes afin de ne pas les laisser s’installer dans les représentations qu’ont les élèves des seniors. "

.

Une sorcière classique représentée
par un dessinateur anti-seniors

.

et culmine là :

" Nous n’avons pas eu la possibilité, faute de temps, d’étudier les textes des manuels. En effet, certains textes pourraient contenir des stéréotypes. Par exemple, en français, le poème de Ronsard « mignonne allons voir si la rose » est étudié par tous les élèves. Toutefois, ce texte véhicule une image somme toute très négative des seniors. "

Sans commentaires.

.

Ronsard, poète anti-seniors.

.

Nice, ville de jeunes surfeurs

Quittons la littérature. Un peu de géographie :

" Il faudrait également prêter une attention particulière aux contextes d’apparition des seniors, comme cette photo évoquée précédemment présentant des seniors assis regardant la mer avec en titre « des retraités à Nice ». Ce type d’illustration ne devrait simplement pas apparaître dans les manuels, elle véhicule fortement des stéréotypes envers les seniors. "

Si un manuel veut donc évoquer l’héliotropisme, interdiction de photos à Nice ou à Cannes ! Seulement quelques tournesols dans un champ du pré-senior Van Gogh.

(Soulignons au passage qu’on retrouve cette étonnante conception dans d’autres chapitres de l’étude : quand la réalité témoigne de certains phénomènes (nombre de retraités vivant à Nice ; nombre de pauvres en Afrique...), l’illustration de la réalité est accusée d’être stéréotypée)

Une dernière perle

Les manuels scolaires ont peut-être une excuse, d’après les auteurs :
" Il est logique que pour intéresser les élèves au contenu des manuels ces derniers privilégient les illustrations mettant en scène des personnages les plus jeunes possible (compte tenu du contexte). Mais cela se fait au détriment de l’image des seniors. "

Quand je pense que pendant des siècles, on a voulu éduquer les enfants en leur faisant lire des livres aux personnages desquels ils ne pouvaient pas s’identifier - comment en effet auraient-ils pu s’identifier aux héros de Jules Verne, à Robinson Crusoé, à Valjean, à Dantès ou à Cyrano de Bergerac, tous pré-seniors ou "seniors éternels" ?

.

Don Quijote, vieux, fatigué de se battre
contre les moulins à vent du politiquement correct...
Nul jeune universitaire de Metz ne peut s’y identifier.

.

(Au fait, si un "jeune" ne peut s’identifier qu’à des "jeunes", est-ce qu’un homme blanc ne peut s"identifier qu’à des hommes blancs, une femme qu’à des femmes ? Voilà que nos chercheurs ouvrent d’étonnantes perspectives...)

Solutions préconisées par nos brillants chercheurs

Pour les "seniors de 50 ans", "présenter un senior effectuant un travail de bureau [...] permettrait de montrer un senior en interaction avec de nouvelles technologies (ordinateur, téléphone portable)..."

.

Il faut dire que ce type d’images n’est pas du tout stéréotypée.
Du tout.
Ce sont les septuagénaires de France
qu’on croise tous les jours...

.

Pour les plus vieux, "les présenter dans des activités plus extrêmes contrebalancerait leur aspect fragile".

Et bien sûr, puisque par exemple "les seniors sont peu représentés dans les manuels de mathématiques", il faut les y mettre (comme les autres sous-représentés, d’ailleurs).

On imagine déjà les manuels corrects de demain... :

"Jules, transexuelle blanche athée de 75 ans, et Marcel, homme de couleur protestant en situation de handicap, font leur marché. Le vendeur bouddhiste moustachu / la vendeuse musulmane chauve qui les sert leur propose 2 kilos de navets / navettes à 6 euros le kilo et 1 kilo de poireaux / poireauttes à 5,40 euros le kilo. Combien..."

Test : saurez-vous repérer les images korrectes ?

L’étude prône la création d’un "comité de vigilance" pour observer les manuels scolaires".
Pourrez-vous en faire partie ?
Pour le savoir, observez les photos suivantes et comparez votre sentiment avec l’avis du "komité de surveillance" de ce site.

.

Réponse : Positif, pourrions-nous penser,
car Jean Gabin est un "senior éternel".
Mais non, car Jean Valjean est trop vieux
pour que les jeunes puissent s’y identifier.
Et puis, le gendarme n’est pas une femme.
Image prohibée.

.

Réponse : Très positif.
Les seniors savent utiliser les nouvelles technologies
et peuvent donc, grâce à ça,
en étant affalé sur un canapé,
travailler à domicile jusqu’à 95 ans.
Le komité incite cependant l’éditeur
à montrer la prochaine fois
une vieille femme noire avec un jeune ordinateur blanc.

.

Réponse : Non ! Catastrophe.
Rembrandt est de toute évidence un peintre anti-seniors.
Vieux quasi chauve, n’ayant peut-être pas pris une douche le
jour même avec un gel douche anti-âge.
Image prohibée.

.

Réponse : Oui ! Voilà, enfin, une vision qui permet de lutter
contre les stéréotypes.
Voilà un beau senior, c’est-à-dire
un senior qui a l’air d’un jeune. Parfait.

.

Réponse : On hésite...
Ils sont chics et tout propres, c’est bien,
mais elle est handicapée.
En même temps, nos collègues du Komité de surveillance sur le handicap
nous disent qu’il faut aussi montrer des handicapé(e)s.
Mais ils sont hétérosexuels
et nos collèques du Komité de surveillance...

.

Réponse : Non ! C’est abominable.
On se croirait dans la campagne niçoise.
En plus il y a les cannes, et pas de femme.
Et puis, ils sont sans doute pauvres.
Et les vieux pauvres, ça n’existe pas !
Agisme, sexisme, tout y est.
Image prohibée !

.

Si vous n’avez fait aucune erreur d’analyse, alors, écrivez sans attendre à l’Université Paul Verlaine de Metz et à la Halde pour postuler dans le futur comité de vigilance.

 
Post Scriptum :
Est-il besoin de préciser que les auteurs de l’étude font également des constatations justes, de temps en temps, puisqu’en effet les manuels scolaires charrient tous les stéréotypes âgistes de notre société, où des forces immenses ne cessent d’ériger en modèle le jeune-homme, la jeune-femme, phobique du vieillissement, lisse, maigre, sportif, rapide, consommant, désengagé, etc.

[1] Indiquons à ce propos aux auteurs de l’étude, qui affirment que "les stéréotypes liés à l’âge ont été peu étudiés" qu’il existe quand même en français une bonne douzaine d’ouvrages et quelques centaines d’articles sur le sujet.