jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteLa Guerre des âgesNouvelles du front
Technologies et racisme anti-vieux

Le nouveau président de l’UNEDIC (depuis le 14 mai 2008), M. Geoffroy Roux de Bézieux, a récemment reconnu que l’entreprise qu’il dirige, Virgin Mobile France (un opérateur de téléphonie mobile virtuelle), n’employait aucun salarié de plus de 55 ans.

"Ce n’est pas un racisme antivieux", a-t-il tenté d’expliquer selon Ouest France du 24 mai 2008, "c’est que je ne peux pas recruter des gens de plus de 50 ou 55 ans dans un métier qui a dix ans".

Avouons que M. G. R. de B. ouvre à la science des perspectives nouvelles et fascinantes et qu’il nous tarde de connaître les futurs développements de cette théorie qui rend certaines personnes plus aptes à certains métiers.

Nous nous posons en effet plein de questions inédites : après tout, s’il existe des métiers (jeunes) pour esprits de jeunes, y-a-til des métiers (vieux) pour esprits de vieux ? Y aurait-il également des métiers (féminins) pour esprits de femmes, des métiers (chics) pour esprits de nobles, des métiers pour esprits de Français, des métiers pour esprits d’Italiens, d’Algériens, de Chinois, etc. ?

Une autre piste nous intéresse également. Les très nombreuses personnes de plus de 50 ans qui utilisent les technologies dites nouvelles seraient donc, à en croire notre brillant M. G. R. de B., champignon à particule, capables de les utiliser mais pas de les penser, ni de les vendre, ni de les fabriquer.

Nulle doute que cette découverte qu’il existe un âge au-delà duquel le cerveau humain reste capable d’utiliser des techniques mais plus de travailler pour les développer, les vendre, etc., intéressera particulièrement la communauté scientifique.

Laquelle a en effet beaucoup de mal à comprendre comment le 20e siècle a pu être en même temps le siècle du "vieillissement de la population" et celui ayant connu le plus d’avancées technologiques ?
Comment le pays le plus technophile du monde, le Japon, peut-il être également le pays le plus vieux du monde et celui où il y a le plus de travailleurs de plus de 50 ans ?
A moins que tous les japonais seniors travaillent dans l’ancestrale cérémonie du thé, il y a là tout plein de mystères sur lesquels Monsieur G. R. de B. exercera bientôt, nous l’espérons, sa très clairvoyante intelligence.