jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéPolitique(s)
Champignons de juillet à l’Assurance Maladie
et au ministère du budget

On a suffisamment commenté les déclarations du Grand Champignon qui dirige l’Assurance Maladie, Frédéric Van Roekeghem, que le gouvernement a livré à l’ire publique pour tester une mesure affectant directement l’un des cauchemars des libéraux, les "malades de longue durée" : ne rembourser qu’à 35 % les médicaments à vignette bleue, dits "de confort", actuellement pris en charge à 100 % pour les patients touchés par une affection de longue durée.

On a en revanche moins commenté l’une des shadokeries que révèle cette affaire, précisément cette catégorie de "médicaments de confort" qui sont, pour de nombreuses personnes malades, absolument nécessaires et thérapeutiquement indispensables. Loin du "confort". Tant qu’on utilisera ce fourre-tout "de confort", on essuiera régulièrement les tentatives pour les exclure de la sécu.

Entre shadoks et champignons, entre absurdes bestioles et méchants crétins, la frontière est souvent mince. Elle a été également franchie dans cette affaire.

« Il faut réserver le bénéfice du dispositif ALD [Affections de Longue Durée, avec remboursement des soins à 100 %] aux pathologies qui sont véritablement longues et coûteuses », a déclaré le champignon de l’UNCAM dans Les Echos. Ainsi, les traitements contre l’hypertension ou certains diabètes, "surtout considérés pour la majorité des cas comme des facteurs à risques", précise l’Uncam, pourraient être exclus du dispositif.

Voilà de la prévention, de la belle mesure à long terme : tout faire pour que les personnes souffrant d’hypertension ou de diabète se soignent moins bien.
Avec un peu de chance (est-ce dans les calculs de Frédéric Van Roekeghem ?), ça les fera mourir plus vite et plus rapidement. Des "longue durée" en moins. Avec un peu moins de chance, faute d’avoir correctement pris soin de ces "facteurs de risque", cela provoquera des maladies de longue durée plus nombreuses et plus coûteuses.
Mais ce jour-là, le directeur de la CNAM ne le sera plus - peut-être le retrouvera-t-on chez Axa, son ancien employeur.

En attendant, le "trou de la sécu" continue de se creuser. Les 6 milliards et des poussières d’euros que l’État lui doit continuent de ne pas lui être remboursés, le Gouvernement continue de diminuer ses rentrées financières (baisses des cotisations patronales notamment)...

La part des revenus et des cotisations sociales continue de baisser (- 10 points de PIB en 25 ans), celle des profits continue d’augmenter (+ 9,3 points de PIB en 25 ans). Mais on ne va quand même pas en tenir compte pour changer le mode de financement de la sécu : puisqu’on vous dit que le PROBLEME de la sécu, ce sont les malades !

A propos de champignons et de santé, il en est un que nous avions laissé en cave depuis avril :
Souvenez-vous - en avril en effet, Monsieur Eric Woerth, ministre du budget, déclare :
"Quel Français peut dire qu’il a dû renoncer à des soins pour des raisons financières ? Cela n’existe guère."

En avril, rappelons-le, une étude de l’IRDES re-confirmait précisément qu’environ 25% des "ménages modestes" renoncent à des soins pour des raisons économiques.
"Cela n’existe guère."

Comment interpréter une telle déclaration ?
Soit ce monsieur est convaincu de ce qu’il dit, illustrant alors : prétention à parler de ce que l’on ne connaît pas ; ignorance de la réalité ; manque de réflexion ; etc. Bref, sous une forme ou une autre, bêtise.
Soit ce monsieur sait pertinemment que ce qu’il dit est faux. Et alors, c’est une ordure.
Crétin ou ordure ?
On m’accusera d’être violent.
Mais est-ce bien moi, dans cette affaire, qui suis le plus violent ?