jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéPolitique(s)
Pauvreté des personnes âgées, petites retraites, etc. : le PS se réveille

On apprend cette semaine que plusieurs membres du Parti Socialiste s’alarment, enfin :
- du nombre important de personnes (âgées) vivant sous le seuil de pauvreté (voir cet article sur le minimum vieillesse) ;
- du nombre important de retraité(e)s vivant avec des retraites très faibles (voir à ce sujet cet article rappelant quelques réalités sur les retraites d’un nombre important de nos concitoyens) ;
- des franchises médicales (cf. voir ici pour plus d’infos)...

Avant de lire le détail de ces réactions, rappelons que le montant du minimum vieillesse, qui stagne depuis des années sous le seuil de pauvreté, n’a jamais été augmenté au-dessus lorsque les députés socialistes étaient majoritaires à l’Assemblée nationale.

On ne se souvient pas non plus qu’en 2003, lorsqu’il fut décidé (Gouvernement Balladur) de ne plus indexer les retraites sur les salaires (brisant ainsi un lien économique fort entre salariés et retraités), les socialistes alors dans l’opposition aient fait preuve d’une grande et bruyante indignation...

Précisions issues du site www.agevillage.com :

" Le responsable national des retraites au PS, Jean Le Garrec, a exprimé lundi 18 février sa crainte d’une résurgence de "la misère des personnes âgées", réclamant "une forte revalorisation du niveau des petites et moyennes pensions".

"On risque de voir se reproduire en France ce qu’on a connu dans les années 1950-1960 : la misère des personnes âgées", a déclaré l’ancien député du Nord lors d’une conférence de presse, en soulignant "qu’environ un million de retraités restent sous le seuil de pauvreté". Selon M. Le Garrec, la réforme Fillon de 2003 a "contribué à réduire le taux de remplacement", tandis que "la montée de la précarité (...) continue à réduire le nombre et le niveau des carrières complètes".

Pour 2008, "quand vous avez une revalorisation des retraites de 1,1% et un taux d’inflation qui sera plus proche de 3% que de 2,8%, il y a une perte de pouvoir d’achat de 2%, pour plusieurs millions de retraités", a affirmé l’ancien ministre. M. Le Garrec a présenté comme une "priorité une forte revalorisation du niveau des petites et moyennes pensions pour faire face à la baisse actuelle du pouvoir d’achat", préconisant à cette fin une "sollicitation plus marquée des revenus financiers".

Responsable au PS de la santé, le Dr Claude Pigement a fait le procès des franchises médicales. Les personnes âgées sont plus sujettes aux affections de longue durée, "ce sont en particulier les personnes âgées qui doivent payer pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer", que le produit des franchises médicales doit contribuer à financer, a-t-il dit."