jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteSociétéÂgisme
Redevance TV et âge.
Qu’est-ce que l’âge du téléspectateur vient faire ici ?

On enrage facilement ces derniers jours, ici ou là, devant la décision de la majorité gouvernementale de ne plus exonérer de redevance TV les personnes âgées de plus de 65 ans non imposables.

D’autant plus facilement qu’on a beau connaître le Grand Principe Politique Shadok – "Pour qu’il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes" –, sa systématisation actuelle prend des allures de guerre - politique et économique - civile.

Mais...

Mais la rage n’empêche pas le questionnement : quel intérêt de mêler l’âge à cette affaire ? Ce n’est pas la vieillesse qui rend la redevance difficile à payer, mais la pauvreté, non ?

Toutes les personnes non imposables, ou toutes les personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, devraient en être exonérées. Pourquoi seulement les vieux pauvres ?

Qu’est-ce que l’âge vient faire ici ?

A la limite, par réflexe historique (puisqu’ils étaient majoritairement moins aisés que les actifs autrefois), ça pourrait concerner "les retraités"... A la limite, car là encore : au nom de quoi un retraité aisé devrait moins contribuer qu’un autre au budget des médias qu’il reçoit ?

Ces piètres discriminations positives sont de réelles discriminations, masquent les vraies exclusions (environ un million de personnes de plus de 60 ans vivent avec moins de 650 euros par mois : alors parlons surtout, à longueur de medias, des 116 euros annuels dont on les exonérait royalement...) et renforcent toutes les idées reçues (celles qui voudraient que "les retraités" vivent dans l’aisance au détriment des autres générations comme celles qui croient que "les retraités" de 2007 sont semblables à ceux de 1977).

Une autre "réalité" justifierait, d’après deux députés, cette prise en compte de l’âge : "la télévision et la radio sont des éléments importants de lien social et de lutte contre la solitude, compte tenu des problèmes de mobilité souvent inhérents à l’âge…"

Passons sur ce qui risque d’être une bonne belle grosse idée reçue : il reste à prouver, en effet, que ces médias réduisent la solitude et entretiennent le lien social... !

Ah, nos vieux d’avant la télé, sur les bancs publics, aux terrasses des cafés, qu’est-ce qu’ils souffraient de solitude, qu’est-ce qu’ils étaient socialement déliés !

Quant aux "problèmes de mobilité", faut-il rappeler que ce sont moins les handicaps qui enferment les gens chez eux que les environnements matériels et humains qui ne leur permettent pas de sortir ?!

Télévision animateur, télévision baby-sitter, voici désormais la télévision promue en reine du lien social pour les vieux peu mobiles.

De quoi se plaint-on ? Un minimum vieillesse, une boîte de chocolat annuelle, une télévision, un sourire du maire la veille des élections, c’est-y pas simple, une politique vieillesse au XXIe siècle ?