jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteAu fil de l’eauAilleurs sur le net...
Inauguration de la Cité nationale de l’histoire et de l’immigration :
Discours de D. Guibert, membre du bureau de la Ligue des Droits de L’Homme.
Texte de l’intervention de Dominique Guibert, membre du Bureau national de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), lu ce mercredi 10 octobre lors du rassemblement organisé par la LDH à l’occasion de l’inauguration de la Cité nationale de l’Histoire et de l’Immigration.

" Mesdames, messieurs, cher(e)s ami(e)s,

Nous sommes aujourd’hui ensemble réunis pour fêter l’ouverture de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Ensemble, oui, mais manifestement pas tous ensemble ! En effet, je n’ai pas à m’adresser à ces plus hautes autorités de l’Etat qui comme il est d’usage en de pareilles circonstances sont protocolairement requises. Je n’ai pas à dire, Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, Madame la par ci, Monsieur le par là. Prenons la mesure de ce fait : un établissement public national, du même statut que cette Cité de l’architecture récemment inaugurée, ou bien encore semblable au Musée du Quai Branly ne bénéficie pas de cette attention qui fait d’une action publique un événement politique.

Mon premier sentiment est de vous proposer de nous en moquer : après tout, l’officialité d’une cérémonie ne préjuge pas de sa valeur. Mais en politique, tout a un sens. D’autant plus que nous avons affaire à des spécialistes de la communication gouvernementale. Il ne peut pas leur avoir échapper que le silence assourdissant de cette absence ne pourra être excusé par un congé maladie , un moment d’inattention de l’hyper président ou une surcharge de calendrier entre la Bulgarie, Cardiff et la Russie.

Nous pouvons donner acte au Président de la République qui prétend faire ce qu’il dit de sûrement savoir ne pas dire ce qu’il ne fait pas. Accordons au ministre de l’immigration et de l’identité nationale que son titre dit bien ce qu’il veut dire. Mais il convient de leur retourner l’argument. Puisque en toute connaissance de cause, ils ne sont pas venus, il s’agit bien d’une décision politique : alors que l’appui à cette structure originale et nouvelle aurait compté pour la reconnaissance de la place de l’immigration dans la construction nationale et sociale de la France, ce geste qui aurait eu une force symbolique n’a pas été voulu.

On discerne assez facilement la première dimension explicative de cette absence. Dans une conjoncture politique pour la première fois ouvertement difficile, le gouvernement n’a pas souhaité contraindre le débat parlementaire et augmenter les craquements de sa majorité. On peut en juger avec les différentes réactions aux amendements introduits par un quarteron de députés considérant que le populisme est le meilleur garant de leur avenir professionnel. Les mesures de contrôle génétique, de fermeture du droit aux hébergements d’urgence, de vérification des compétences linguistiques à l’extérieur du territoire national, enfin de limitation du délai de réponse aux demandeurs d’asiles sont autant de mesures qui nous rapprochent de la xénophobie d’Etat. Comme le rappelle lui-même le président de la CNHI : « le discours actuel insiste davantage sur l’idée de fermeture que sur celle d’ouverture ». On peut en conclure que les autorités ont jugé qu’il fallait s’en tenir à la fermeture plutôt que de se prendre les pieds dans le tapis rouge de l’ouverture et éviter ainsi de « brouiller le message ». Contrairement à ce qu’en pense le Premier ministre, c’est dans les détails qu’est le diable !

Mais je voudrais proposer une deuxième dimension explicative que je qualifierais de structurelle. Il y a une certaine cohérence entre le refus de la « repentance », le discours de Dakar et la création récente de l’Institut d’études sur l’immigration et l’intégration. Avec ces trois exemples parmi d’autres, on distingue la volonté de refonder un substrat idéologique, politique et historique qui redonnerait du corps à une vision de la France impériale, bienfaitrice et civilisatrice tout au long de son histoire, y compris coloniale. Dans ce cadre, alors même que la création de la CNHI avait laissé subsister une ambiguïté ontologique dans les rapports entre la colonisation et l’immigration et avait renvoyé aux futures recherches la discussion, il se pourrait que la discrétion officielle corresponde à un déni d’existence. Une nouvelle histoire officielle est en route et la CNHI gêne.

La LDH avait dès le départ considéré que la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration était un événement positif. Nous avons apprécié les efforts déployés pour dessiner les contours d’un outil pluraliste, démocratique, contradictoire, mais aussi ouvert vers tous les acteurs de la vie sociale, vers toutes ces personnes dont les histoires de vie font la richesse de notre pays. Nous avons compris les réactions des membres du conseil scientifique en réponse à la création d’un ministère de l’Immigration et de l’identité nationale. La France est un pays d’immigration depuis très longtemps. Ce processus ne s’arrêtera pas. Les murs législatifs, réglementaires, policiers n’y pourront rien. Faire croire qu’il est possible et souhaitable de tendre vers une immigration choisie pour les uns et zéro pour les autres ; est un mensonge d’Etat. La CNHI rend toute son épaisseur à cette plus que centenaire dimension structurelle du pays. La LDH restera très vigilante pour que cette création originale en France ne tombe pas soit en déshérence, soit en désespérance.

Nous sommes ici, comme le dit très bien l’appel à cette active cérémonie, parce que « La République, la France a enfin son lieu de mémoire de l’immigration, son lieu d’histoire longtemps délaissée, oubliée, sous-estimée ». Avent de conclure, je veux, à partir du passé, faire le lien avec le présent. Voici un extrait du rapport du 28 septembre dernier de l’experte indépendante des Nations Unies sur les questions relatives aux minorités qui « lance un appel en faveur d’un ferme engagement au plus haut niveau pour promouvoir la non discrimination, l’égalité et la diversité en France » : « il reste encore beaucoup à faire pour que la diversité culturelle soit acceptée. A ce jour les communautés de nouvelles minorités ont le sentiment largement partagé qu’il ne suffit pas d’être citoyen français pour être pleinement accepté, que cette acceptation va de pair avec une assimilation totale qui les oblige à renoncer à des pans entiers de leur identité ». Nouvelles minorités, anciennes minorités, ne serait-ce pas du rôle de la CNHU de servir les concordances des temps entre les unes et les autres ?

Autrement dit, nous savons quoi combattre, nous savons qui combattre. L’inauguration citoyenne que nous allons faire maintenant montre que nous savons aussi comment le faire et avec qui. "

...

Sur ce sujet, voir aussi, entre autres, le texte : "Immigration et identité nationale : une association inacceptable"

 
Articles de cette rubrique
  1. Les médicaments anti-Alzheimer vont pouvoir continuer à ruiner la santé des patients


  2. Les banques ramèneront le fascisme en Europe (Mikis Theodorakis)


  3. La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol


  4. Le scandale des médicaments anti-Alzheimer ?


  5. Non aux 3 P : Police, Psychiatrie répressive, Peur


  6. Financement des associations de patients


  7. Etablissements d’hébergement : la nécessité d’un changement de culture


  8. Un nouvel exemple de battage médiatique concernant les « avancées majeures » de la recherche sur la « maladie d’Alzheimer »


  9. Maladie d’Alzheimer : le dépistage précoce est-il utile ?


  10. Si c’est un homme...


  11. Sur une autre planète...


  12. Lettre ouverte d’une directrice d’EHPAD aux médias et aux politiques


  13. " Dépendance " : de la colère à la révolte


  14. Développement et financement des soins palliatifs


  15. Les personnes âgées spoliées


  16. Affections de longue durée : fin de la prise en charge solidaire ?


  17. Quand la justice est appelée à se prononcer sur l’euthanasie


  18. Animation et personnes âgées : le syndrome du triangle des Bermudes


  19. Sécurité sociale & arrêts de travail : la propagande libérale continue...


  20. Bientraitance : la Fnapaef réclame un débat de qualité et non des Assises bâclées...


  21. Maltraitance des personnes âgées et déontologie médicale


  22. Résister au présent


  23. Promesses et trahisons


  24. Campagne budgétaire 2009 : Un recul important pour le secteur « personnes âgées »


  25. Droits des victimes de refus de soins


  26. La France compte-t-elle huit millions de pauvres ?


  27. L’écriture qui soigne le soin


  28. Jean Leonetti : « Vouloir contrôler la vie et la mort est une erreur »


  29. Sarkozy et la sécurité sociale


  30. Qui veut tuer la sécurité sociale solidaire ?


  31. Circulaire de la sécu sur le refus de soins aux bénéficiaires de la CMU complémentaire


  32. Sécurité sociale : une agonie accompagnée et favorisée.


  33. Pour une république qui crée les conditions de la transformation politique


  34. Communiqué de la FNAPAEF sur le projet de "5e risque"


  35. AAH et minimum vieillesse : pour leur alignement sur le SMIC


  36. Pour réduire la pauvreté, va-t-on faire payer… les pauvres ?


  37. Personnes âgées. Un représentant des directeurs de maisons de retraite s’inquiète


  38. Hold up sur le porte monnaie des personnes âgées malades et en perte d’autonomie


  39. Plaidoyer concernant le débat sur la fin de vie.


  40. Versailles reste Versailles.


  41. Plan Alzheimer 2008-2012 :


  42. Conditions de vie des aîné-es : un monde sans compassion


  43. Travailler très peu pour gagner très peu : c’est la situation d’un nombre croissant de femmes dans les services à la personne


  44. "A bas les jours heureux"


  45. APA et récupération sur succession.


  46. Réforme des régimes spéciaux :


  47. L’accès aux soins des plus démunis en 2007.


  48. Inauguration de la Cité nationale de l’histoire et de l’immigration :


  49. Communiqué contre les franchises médicales.


  50. Le système de santé solidaire en danger : organiser les luttes et construire l’alternative


  51. Xénophobie d’Etat


  52. Comprendre le "5e risque".


  53. La révolte des vieux


  54. TVA sociale et impostures fiscales…


  55. Pétrole et "champignons"


  56. Déclaration de plusieurs associations au sujet de " l’identité nationale "


  57. Déterminants de santé : quelques éléments pour nourrir la réflexion.


  58. Les biens publics à l’échelle mondiale


  59. Lettres du collectif "une société pour tous les âges" à S. Royal et N. Sarkozy.


  60. "Franchise" sur les soins.


  61. L’état du mal-logement en France.


  62. Année 1942 - année 2006 : réflexions sur un parallèle contesté.


  63. Quand l’assurance des uns aide à la destruction des autres.


  64. Licenciement discriminatoire avant l’âge de la retraite.


  65. Inégalités de santé et cohésion sociale


  66. Un criminel est mort dans son lit


  67. Toujours en avance sur nous, ces Américains...


  68. Rapport annuel du Médiateur de la République


  69. Agisme & discrimination


  70. Amour et Handicap : le malaise chez les homos !


  71. Jeunes handicapés : le scandale français


  72. Expulsions de malades étrangers


  73. L’Évaluation du travail à l’épreuve du réel