jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteLa Guerre des âgesNouvelles du front
Retraites : augmentation ou stagnation ?
Les retraites augmentent entre 2000 et 2004. Les retraité(e)s en deviendraient-ils aisé(e)s ?

Récemment, à partir de la publication d’un numéro de Etudes et Résultats de la DREES sur l’évolution des retraites versées entre 2000 et 2004, de nombreuses personnes et de nombreux médias ont indiqué que les retraites continuaient d’augmenter.

Et certains d’en profiter pour sous-entendre, plus ou moins explicitement, que les retraités ou les "seniors" sont très favorisés pendant que les plus jeunes...

Si les retraites avaient augmenté, vraiment, beaucoup, pour un grand nombre de retraité(e)s, cela n’aurait pas été mal :

Car en 2001, 62,5 % des femmes retraitées percevaient une retraite inférieure à 899 euros (5 905 francs) et seules 12 % des femmes retraitées percevaient une retraite supérieure à 1 500 euros (9 854 francs).

Car en 2001, 45 % des hommes retraités percevaient une retraite inférieure à 1 200 euros (7 883 francs) et seuls 10 % des hommes retraités perçoivent une retraite supérieure à 2 100 euros (13 795 francs) .

Mais revenons en 2007... où l’on nous dit qu’en 2004, c’est nettement mieux.

Parce que les pensions ont augmenté de 7,2 % entre 2000 et 2004 (ainsi, fin 2004, les retraités ont perçu 1121 euros par mois en avantages principaux de droit direct alors que fin 2000, ce montant était de 998 euros).

Joie !

Mais avant de se réjouir pour les retraité(e)s, il faut juste regarder de combien les prix ont augmenté pendant la même période. Entre 2000 et 2004 : + 7 % (hors tabac, bien entendu : +7,9 % avec le tabac).

Bref, grosso modo, les retraites et les prix ont évolué à peu près en parallèle ces dernières années.

Et de très nombreux retraité(e)s de 2004 continuent de vivre en percevant un montant mensuel de retraite global, par exemple, d’après les chiffres de la DREES :

- moins de 300 euros par mois pour 12% des femmes bénéficiaires d’un droit direct dans un régime de base

- entre 300 et 599 euros par mois pour 16% des femmes...

- entre 600 et 899 euros par mois pour 23% des femmes...

Ah, ces "seniors" hédonistes, aisés, égoïstes, qui vivent sur le dos de la jeunesse française...

Heureusement que les candidats aux prochaines élections (cf. la "pensée paillasson") n’abordent quasiment jamais de tels sujets : ils risqueraient de parler du réel !

.

AJOUT juillet 2007 :

Les chiffres que la DREES donnait il y a quelques mois ont visiblement été revus à la baisse.

D’après le tout récent n°587 d’Etudes et Résultats (publication de la DREES), Les retraites en 2005 :

Le nombre total des retraités de droit direct est estimé à 13 530 000 au 31 décembre 2005.

Le montant moyen de l’avantage principal de droit direct de ces retraités (tous régimes confondus) est estimé à 1044 € par mois.

En 2004 ce montant était de 1018 euros (et non plus 1121 ?!) ; en 2003, de 1006 euros.

À cette population, s’ajoutent un million de retraités percevant uniquement des pensions de réversion.