jerpel.fr
le site de Jérôme Pellissier
« Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt
Accueil du siteGérontologiePrendre soin
Sur le Web
Le SEPEC - Psychogériatrie au Québec.
Le site de Daniel Geneau et de ses collègues.
Le site d’Anne-Claude et Martial Van der Linden
Un site incontournable, qui regorge d’articles passionnants autour de la vision conservatrice de la "maladie d’Alzheimer", du prendre-soin, des approches psycho-sociales, etc.
Le Blog de Richard Lefrançois
Le Blog de Richard Lefrançois, sociologue et gérontologue canadien, et notamment auteur de l’ouvrage Les nouvelles frontières de l’âge.
Le site de Lucien Mias, alias "Papidoc"
Le site de Lucien Mias, alias "Papidoc", " Gerontologie en institution " expose concepts et pratiques du prendre soin des personnes agees en institution... comme au domicile. Un indispensable de la gérontologie !
Accueil du site - EREMA
Le site de l’Espace de Réflexion Ethique sur la Maladie d’Alzheimer
Des jardins pour prendre soin du plaisir

Il peut arriver, au hasard d’une visite de maison de retraite, qu’on vous présente sous un nom pompeux (le nom est en général d’autant plus pompeux que la chose est commune), style "déambulatoire paysagé" ou "espace naturel thérapeutique" un enclos d’herbe pelé ou un grand couloir au sol poussiéreux. Immanquablement entourés de grillages. Qui donnent à celui qui est dedans un seul sentiment : que la nature et le plaisir sont de l’autre côté.

Pour que les (en termes gériatriques) "errances du dément déambulant" puissent se rapprocher des rêveries du promeneur solitaire, il faut commencer par se poser deux questions essentielles :

"Jardiner pour qui ? Jardiner pour quoi faire ? "
et y répondre, comme le fait Jean-Luc Masquelier, jardinier, magistralement et magiquement.

Deux extraits de sa réponse :

"... il faut imaginer les promenades comme des parcours d’envies successives, de buts à atteindre. Transformer un parcours d’exercice en chemin des bonheurs. Récompenser chaque pas d’une couleur, d’un parfum, d’une baie, d’un émerveillement à droite, d’un enchantement à gauche.

Jalonner tout du long de symboles sur le temps, sur l’avenir, sur la vie, sans la peur.

Prétextes à rêverie, méditation, prière.

Et aménager des escales à l’ombre desquelles se reposer avant de repartir plus loin ou de rentrer.

L’impossibilité de se relever seul étant toujours ressentie comme une étape irréversible de la dépendance, on veillera à disposer sur ces escales des sièges suffisamment hauts pour qu’il ne soit pas trop pénible de s’en relever, dotés d’accoudoirs sur lesquels pousser et de potences d’aide au relèvement sur lesquelles tirer..."

— 

" Détendons un peu l’atmosphère par un rapide passage aux plates-bandes d’herbes aromatiques qu’en humaniste épicurien j’avais installées sous les fenêtres des cuisines de ma seconde maison de retraite. Pure folie !!!

Nul ne peut croire que des normes intégristes d’hygiène interdisent formellement aux cuisiniers d’utiliser le persil du jardin ! Et pourtant, elles sont là !

Le jardinier se trouve alors devant un choix cornélien : soit renoncer à procurer par quelques condiments l’un des derniers plaisirs restant aux résidants, à savoir la gourmandise, soit convaincre les chefs d’entrer en résistance et de concocter malgré tout quelques omelettes aux fines herbes dans une clandestinité maîtrisée.

Hélas, derrière les fourneaux non plus n’est pas Jean Moulin qui veut et j’en ai vu beaucoup collaborer avec la dictature de la mal-bouffe.

C’est pourquoi j’appelle solennellement toutes celles et tous ceux pour qui le basilic est un droit et la tendresse pour les vieux un devoir à rejoindre le Front le Libération du Persil et de la Ciboulette, canal historique évidemment ! "

— 

" On crée un jardin avant tout pour celles et ceux qui s’y trouvent ou vont s’y trouver.

S’y trouver ? Peut-être. "

A lire ce texte, à imaginer les jardins qu’il dépeint, sûrement.

L’intégralité du texte sur ces jardins merveilleusement pensés pour ceux qu’ils accueillent, vieilles personnes, personnes atteintes de maladie d’Alzheimer, sur le site de Jean-Luc Masquelier