Bientraitance : la Fnapaef réclame un débat de qualité et non des Assises bâclées...
lundi 22 juin 2009
par Jérôme P.

La Fédération des associations de familles et résidents de maisons de retraites (FNAPAEF) s’interroge sur la proposition de la secrétaire d’Etat à la solidarité,Valérie LETARD, d’organiser des Assises départementales de la bientraitance, avec les professionnels, les usagers, et leurs familles avant le 30 juin.

"Comment peut-on sérieusement mettre en place ces Assises dans un délai aussi court ?" s’interroge la FNAPAEF.

"Dans de nombreux départements, le conseil général en charge d’une part très importante de la politique des personnes âgées ne s’associera pas à ces « pseudos » Assises".

"Les usagers ne seront pas non plus invités dans beaucoup de départements", estime la FNAPAEF

"Quant au personnel, il est bien difficile dans de nombreux établissements de mettre en place une vraie réflexion, laquelle demande du temps, alors que les effectifs ne permettent déjà pas d’assurer un accompagnement correct aux résidents", conclut-elle..

Les revendications que ne devraient pas régler ces Assises :

- une situation que la FNAPAEF dénonce depuis des années
- un nombre suffisant et suffisamment formé de personnels pour assurer la bientraitance
- des prix des établissements à la baisse et des services de meilleures qualité "après le 30 juin, date limite imposée par le gouvernement pour ces Assises de la bientraitance" ironise la FNAPAEF.

La FNAPAEF estime que "le premier responsable de la maltraitance est l’Etat, qui, par les lois de financement de la sécurité sociale réduit encore les moyens déjà faibles accordés aux établissements". Elle espère un message positif lors de ces Assises comme "l’annulation des circulaires budgétaires du 15 février 2009 qui prône le principe d’une convergence tarifaire vers le bas dont l’effet va amener des suppressions de postes de soignants dans des établissements considérés bien dotés pour donner des postes aux établissements moins dotés".

La FNAPAEF remarque que le 30 juin sera la date limite d’envoi du questionnaire d’auto-évaluation de la bientraitance de l’ANESM. Il pose les vraies questions et permet de mettre en évidence les vrais problèmes, estime la FNAPAEF.

"Ces critères sont connus de tous depuis des années mais y-a-t-il une vraie volonté politique pour apporter un début de solution à ce questionnaire " ? s’étonne la FNAPAEF qui estime que la France est tombée "bien bas au pays des Droits de l’Homme".

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message