Plan Alzheimer, petites retraites, minimum vieillesse : des promesses sans financement(s).
Le champignon de la semaine (n°31).
vendredi 11 janvier 2008
par Jérôme P.

"J’augmenterai de 25% les petites retraites !" avait proclamé le Grand-Champignon (dit aussi Grand-Bonimenteur) en campagne. Elles ont augmenté de 1,1% en ce début janvier.

Le plan Alzheimer, qui allait être, toujours selon le Grand-Champignon, "appliqué au 1er janvier", est reporté à on ne sait quand...
Mais le porte-parole de l’Elysée nous rassure (le 3 janvier) : "il n’y a pas de retard particulier dans (sa) mise en oeuvre". Le Grand-Bonimenteur a ses petits menteurs...

L’inflation, elle, continue d’augmenter, plus que les retraites et les prestations sociales.
Revalorisées au premier janvier, il faut en effet le dire vite, revalorisées, puisque la revalorisation est inférieure à l’inflation... Elles augmentent, mais on peut encore moins bien vivre avec.

Sur le podium spécial de la Cour des Miracles, pour le concours du moins méprisé des méprisés, du moins politiquement insulté des insultés :
en troisième position, les allocataires du RMI – 447,91 euros pour une personne seule sans enfant, et 806,24 euros pour une personne seule avec deux enfants ;
deuxième, l’allocataire de l’allocation pour adulte handicapé (AAH) qui atteint 628,10 euros mensuels ;
premier, Cresus des pauvres, le titulaire du minimum vieillesse qui, avec 633,58 euros par mois, pourra acheter appartements et actions puisque, c’est bien connu, les "seniors" ont tous plein de patrimoine...

Si le Plan Alzheimer n’est pas appliqué, les franchises médicales, elles, le sont désormais. Mesures symboliques très efficaces pour faire penser à un peuple, peu à peu, qu’il est normal que les personnes malades contribuent davantage au pot commun que les personnes non malades.

Mesures essentiellement symboliques en effet. Elle devraient rapporter 850 millions d’euros. A mettre en balance avec les 70 milliards d’euros environ d’exonérations fiscales pour les entreprises, et les 14 milliards d’euros de recettes fiscales qui n’entreront jamais dans le budget 2008 pour cause de diminutions de l’impôt sur la fortune et d’allégement de la fiscalité sur les successions et donations.

Mais c’est vrai que, comme disent les réflexes, les riches risquent de fuir le pays si on les taxe trop...

C’est l’avantage avec les RMistes, les vieux ou les handicapés : quel que soit le mépris politique et social avec lequel on les écrase, ils immigrent peu à Monaco ou en Suisse.

Bienvenue en 2008, année à champignons.

.

Plus d’infos sur les shadoks et les champignons...
Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message