Malédiction chez les doyennes de l’humanité !
" Leur espérance de vie est dérisoire ! ", nous dit le Professeur S.
vendredi 2 février 2007
par Jérôme P.

Les journaux parlent toujours beaucoup de l’augmentation de l’espérance de vie... en général pour s’en réjouir (pendant les quelques lignes où ils oublient qu’ils passent leur temps à déplorer l’augmentation des "retraités" et des "personnes âgées dépendantes"... dont ils soulignent abondamment à quel point ils et elles posent "des problèmes", de financement, de coût, etc.). Passons.

Ils oublient de souligner une vérité scientifique découverte par le professeur Shadoko (chargé de l’enseignement des sciences dures et molles aux shadoks, le Professeur Shadoko est membre du conseil scientifique de l’INEDS, l’Institut National des Etudes Démographiques Shadoks) : les doyennes de l’humanité possèdent une espérance de vie qui frise le ridicule.

"C’est bien la peine de vivre si longtemps si c’est pour mourir aussi vite" comme l’a dit le remarquable Professeur en conclusion du discours de présentation de son étude.

Laquelle, portant sur la période décembre 2006 - janvier 2007, n’a en effet pu que constater que : Elizabeth Bolden, alors doyenne de l’humanité, meurt à 116 ans le 13 décembre 2006. Winnifred Bertrand, âgées de 115 ans et 3 mois, prend alors le titre mais meurt le 18 janvier 2007. Emma Faust Tillman s’empare donc de la couronne qu’elle a à peine le temps d’apprécier puisqu’elle décède le 28 janvier, léguant sa place à la Japonaise Yone Minagawa, à peine âgée de 114 ans.

"D’après mes calculs et mes recherches (fruit d’une intense vie de l’abeur à l’INEDS), indique le Professeur Shadoko, son espérance de vie est inférieure à 10 ans."

Signatures: 0
Date Nom Sites Web Message